RUSSIE | „La fin de l’homme rouge“ de E. Meirieu, d’après Svetlana Alexievitch aux Bouffes du Nord

RUSSIE | „La fin de l’homme rouge“ de E. Meirieu, d’après Svetlana Alexievitch aux Bouffes du Nord

Pendant quarante ans, Svetlana Alexievitch a parcouru ce pays qu’on appelait l’URSS et enregistré des centaines de témoignages.

« Ce qui m’intéresse, écrit-elle, c’est le petit homme, le grand petit homme car la souffrance le grandit. Dans mes livres, il raconte lui-même sa petite histoire, et en même temps, il raconte la grande histoire. »

D’une personne à l’autre, de voix en voix, elle a écrit six livres qui n’en font qu’un, un livre sur l’histoire d’une utopie : le socialisme.

La Fin de l’homme rouge fait résonner les voix des témoins brisés de l’époque soviétique, voix suppliciées des Goulags, voix des survivants et des bourreaux, voix magnifiques de ceux qui ont cru qu’un jour « ceux qui ne sont rien deviendraient tout », et sont aujourd’hui orphelins d’utopie.

« J’ai cherché ceux qui ont totalement adhéré à l’idéal. Après la chute de l’URSS, ils n’ont pas été capable de lui dire adieu, se perdre dans une existence privée, vivre, tout simplement. J’ai été choquée et horrifiée par l’être humain et plus d’une fois aussi j’ai eu envie de pleurer de joie devant la beauté de l’être humain. Ce qui m’attirait, c’était ce petit espace, l’être humain, juste l’être humain, en réalité, c’est là que tout se passe. Je suis entourée de ces voix, ces centaines de voix, elles sont toujours avec moi. J’aime les voix humaines solitaires, c’est ce que j’aime le plus, c’est ma passion ». 

Emmanuel Meirieu

© Texte : bouffesdunord.com

Informations.

D’après le roman de Svetlana Alexievitch, Prix Nobel de Littérature 2015

Mise en scène et adaptation Emmanuel Meirieu
Traduction Sophie Benech

Musique Raphaël Chambouvet
Costumes Moïra Douguet
Lumières, décor, vidéo Seymour Laval et Emmanuel Meirieu
Son Félix Muhlenbach et Raphaël Guenot
Maquillage Roxane Bruneton

Avec
Stéphane Balmino
Evelyne Didi
Xavier Gallais
Anouk Grinberg
Jérôme Kircher
André Wilms

et la voix de Catherine Hiegel

Durée : 1h50

Galerie.